L’École des Fans - La prestation des Mauves sous la loupe de Kargamel

LUNDI, 26 JUILLET 2021, 14:39 - kargamel
Anderlecht-Online No Image Found

OPINIONS Kargamel vous propose ses cotations sans complaisance pour le match RSCA - Union Saint-Gilloise de ce 25/07/2021. N'hésitez pas à les commenter et à nous transmettre les vôtres en cliquant sur « Juge l'équipe » dans la rubrique « Equipe » !

 

Nouveautés

A la demande de nombreux internautes, de nouveaux items ont été insérés dans les critères évalués : arbitrage, météo, état du terrain,...
De même, un zapping de la rencontre, bref condensé de l'enchaînement des évènements tels que ressentis par votre serviteur, vous sera proposé.
Si vous avez d'autres suggestions, n'hésitez pas à m'en faire part : [email protected]

Je rappelle que les notes attribuées aux joueurs sont par nature subjectives mais accordées, autant que possible, avec le souci d'évaluer la prestation du jour et non pas la présupposée valeur intrinsèque du joueur.

Afin de guider le lecteur, les valeurs chifffrées devraient correspondre approximativement aux appréciations qualitatives suivantes :

0 Acte de présence
2 Inadmissible à ce niveau
4 Faible, Décevant
5 Service Minimum, Sérieux
6 Correct, Satisfaisant, Honnête
7 Bon
8 Très Bon
9 Excellent
10 Stratosphérique

Bon Amusement ;-)

Le Zapping du Match

Le Sporting aura joué 20 minutes au football, période au cours de laquelle, il s'est procuré 2 occasions franches : la première échoua des œuvres d'Amuzu sur le montant, la seconde fut galvaudée par Raman.
La première offensive des Unionistes fut couronnée de succès, non sans l'assistance de Sardella et le laxisme de l'axe central. Puis plus rien. L'Union aurait d'ailleurs pu et dû plier le match.
Mal lui en pris, sur un contre meurtrier en mode Fast and Furious, Anderlecht rétablissait l'égalité.
La deuxième mi-temps fut indigne d'Anderlecht et même de la division 1.
Défense aux abois, entrejeu inexistant, attaque fantomatique (encore que les fantômes fassent au moins peur aux enfants), système de jeu non-identifiable.
Pas de fighting-spirit, pas de révolte.
Le public, sans voix, n'en croyait pas ses yeux. La déchéance.
Destins croisés. Les pensionnaires de la Butte avait marché sur Anderlecht.
Jadis, le plus grand club de Bruxelles et de Belgique, à savoir l'Union, célébrait par une victoire sans appel son grand retour dans l'Histoire.
Anderlecht est, semble-t-il, occupé à en sortir.

Les Bulletins

6 Van Crombrugge : Hendrik avait sans doute rêvé à un autre retour entre les perches. Trahi par ses prétendus défenseurs, il a été exécuté à bout portant à 2 reprises avant d'aller rechercher au fond de sa besace, l'envoi brossé de Lazarre, il est vrai, bénéficiaire d'un espace-temps inimaginable à ce niveau.
Notre dernier rempart n'a rien à se reprocher.

2 Sardella : Début de match encourageant mais l'illusion fut de courte durée. Un simple contrôle manqué aura ruiné sa confiance. Mystifié sur une balle en profondeur qu'un minime aurait mieux négociée, il a littéralement offert la première possibilité aux Unionistes.
Baladé ensuite jusqu'au ridicule par Lapoussin, il fut logiquement prié de rester au vestiaire après la pause.
Kylian en est à sa 3me saison chez les pros et les matches se suivent et se ressemblent pour lui. Comme disait Plastic Bertrand, à un moment, ne faut-il pas savoir dire Stop ?

3,5 Harwood-Bellis : Commis à la charge d'Undav. Le teuton ayant planté 2 roses sans la moindre opposition, on peut en conclure sans trop de risque de se tromper qu'il mérite un échec. Qu'a-t-il donc de plus qu'un Delcroix, Lissens, De Bast ou Cobbaut ?
A la différence des autres, il n'appartient pas à Anderlecht mais à City. Cela semble être une raison suffisante.

4,5 Hoedt : Solide dans les duels en première mi-temps, il a été mis en grandes difficultés par la vivacité et le volume de course de Vanzeir. Ses longs ballons ont trop souvent manqué de précision. A sombré avec ses partenaires dans la passivité médiocre quand il aurait fallu secouer le cocotier.

6 Gomez : Pauvre Sergio. Le médian axial créatif a été aligné, comme on le craignait, au poste de latéral gauche. Allez comprendre. Le joueur a manifestement des qualités bien au-dessus du niveau de ses équipiers et mériterait sans doute de faire l'objet d'une équipe construite autour de lui. Défensivement, il a toutefois réussi à tirer son épingle du jeu, les Unionistes trop occupés à profiter des carences de notre flanc droit, l'ayant finalement peu sollicité.
Son assist parfait sur l'égalisation laisse à penser qu'il pourrait être bien plus précieux s'il était aligné à son poste de prédilection. Moins précis dans le dernier tiers du match mais il s'est donné sans compter.

6 Amuzu : Le Sporting boy le plus en vue. Très actif sur son flanc, il aura incarné à lui seul la menace (toute relative) anderlechtoise. Conformément à sa marque de fabrique, il échouait à conclure l'offrande distillée par Cullen en l'envoyant sur le montant.
Son action sur l'égalisation était parfaite : rapide comme l'éclair, choix pertinent et dernière passe aux petits oignons.
Ciske a encore délivré 2 dernières passes dont l'une au moins aurait dû être convertie en but par Raman. Même s'il montre encore trop de déchets, il était bien le seul à avoir une action dangereuse dans les pieds lors de la première heure de jeu avant de s'éteindre.

6 Cullen : Actif et engagé comme à son habitude dans la guerre du milieu bien que la rotation incessante des partenaires auxquels il est associé finit par entamer son rendement.  Assist plein de clairvoyance pour Amuzu qui n'eût pas le bon goût de le convertir.

5,5 Ashimeru :Positionné très bas sur l'échiquier. Il donnait l'impression d'être chargé de reprendre le rôle de Sambi. Est-ce réellement dans ses cordes ?
Ses qualités d'infiltreur ne constituent-elles pas son meilleur atout ? S'il a bien amorcé quelques phases intéressantes, il a aussi pris quelques risques qui auraient pu être préjudiciables. Sorti étrangement à la pause sans pour autant avoir démérité.

6 Verschaeren : Ce n'est pas encore le grand Yari mais plus affûté et plus entreprenant que lors de ses dernières sorties. Il a joué juste. Course, placement et finition impeccables sur l'égalisation. Sa sortie prématurée aura dû en surprendre plus d'un, dont votre serviteur. A sa place, j'aurais du mal à comprendre ce que VK attend de moi.

3 Raman : Benito a fait ce qu'il a pu mais ce n'était pas grand-chose au bout du compte. De la bonne volonté en mode Gerkens mais que de courses en pure perte, que de déchets techniques et quel manque de puissance criant.
En un mot, insignifiant. Pour avoir une chance d'être utile, Raman devrait probablement évoluer autour d'un solide pivot. N'a pas semblé être dans une forme physique irréprochable.

3,5 Kiese-Thelin : Il est grand…mais pourtant trop court. Nous en sommes déjà à la saison 3 avec ce soap suédois. L'honnêteté oblige toutefois à ne pas trop le dézinguer. Primo, il est considéré comme un Kleenex. Difficile d'être motivé dans ces conditions. Secundo le nombre de ballons réellement négociables qu'il reçoit se comptent sur les doigts de la main d'un lépreux à un stade avancé.
Sa présence au coup d'envoi en dit long sur l'hérésie de la vision actuelle des penseurs anderlechtois.
On connaît pourtant très bien le brave Isaac.  C'est un joueur en déviation, peu mobile, avec des capacités techniques très moyennes, sans vivacité aucune, sans ce petit supplément de puissance qui permet de faire des différences, sans tir à distance. Même pas souverain dans les airs. Bref, trop court mais un brave garçon qui ne fait pas de vagues, dans tous les sens du terme. A sans doute préparé sa valise depuis belle lurette.
 
2 Murillo : Appelé, au grand soulagement des supporters, à la rescousse pour suppléer un Sardella en perdition, il a réussi la gageure de faire pire : une aumône servie d'entrée de jeu à Vanzeir qui s'est empressé d'offrir un doublet à Undav.
Par la suite, marmelade de contrôles approximatifs et passes manquées. En mode touriste, ce joueur ne ressemble en rien à l'Amir qu'on a connu. En un mot, catastrophique.

5 Olsson : Il a reçu une mi-temps pour montrer que le Sporting a fait une bonne affaire. Si son dynamisme au ballon tranchait avec l'apathie soporifique ambiante, aucun éclair de génie n'a jailli de ses pieds. On demande bien sûr à le revoir.
Passer d'un quart de finale à l'Euro au Loto Park en 3 semaines doit réellement être une expérience traumatisante.

NC Refaelov : Transparent !
NC Ait El Hadj : Méconnaissable !
NC Bundu :Reconnaissable. La cerise sur le gâteau. Monté au poste de n°9. Bel exemple du surréalisme à la belge.
 
9 Terrain : Pelouse impeccable. Digne d'un green pour la pratique du Golf.

9 Météo : Conditions idéales pour la pratique du football malgré une pluie intense par périodes.

6 Arbitrage : Correct sans plus. Laxisme par moments sur le temps gagné par les Unionistes. Sévère avec Hoedt. N'a pas influencé le cours de la rencontre.

1 Kompany et Direction - Commentaire Exceptionnel de début de saison
 
Certains me diront sans doute que j'y vais fort en accordant une buse abyssale d'entrée au Prince et aux pontes du Sporting.
Mais comment pourrais-je faire autrement avec le désastre vu hier et pourtant déja vu  ?
Si Bomber propose de remplacer Loto Park par Stade Waterloo pour coller davantage aux évènements qui s'y déroulent, le Titanic ou les Misérables feraient tout aussi bien l'affaire.

La sélection avait déjà fait couler beaucoup d'encre.
Les absences de Colassin, Bogdan, Vlap, Cobbaut et Trebel ne serait-ce que dans le groupe avait en effet déjà animés nombre de débats.

Soit. Il fallait voir avant de critiquer.
Donc je suis venu, j'ai vu et on a été vaincus !

Sans se montrer trop assertif quant aux critiques émises à propos de la ligne de conduite de notre T1, on peut tout de même, légitimement, se poser certaines questions.
Je tenterai de le faire de façon objective c'est-à-dire en me basant sur des faits plutôt que sur des impressions.

Ainsi, en comparaison avec le match contre l'Ajax, censé être la grande répétition générale, avant le départ du championnat, l'équipe alignée d'entrée ne comptait pas moins de 4 changements de titulaires et 2 modifications de poste :

Sardella pour Mehssatou
Hardwood pour De Bast
Raman pour El Hadj
Thelin pour Amuzu
Amuzu pour Ashimeru
Ashimeru pour Kana
 
Ca fait beaucoup. Ca fait trop. Dire que l'indécision est totale ou en d'autres termes, que VK est dans le brouillard est un euphémisme.

Il est vrai que si le sporting avait été ridicule contre l'Ajax B, il le fut encore hier, cette fois, contre le néo-promu de la défunte saison.
On ne parle donc pas d'un épouvantail.

La bonne vieille méthode « Essais-Erreurs » semble ainsi le processus à l'oeuvre au Loto Park.
Une continuité en somme avec le jeu de hasard...
Étant donné le nombre de combinaisons possibles avec un noyau de 40 joueurs, 11 places à pourvoir  et le nombre de systèmes imaginables, on tomberait vraisemblablement au bout de quelques milliers d'essais, sur une combinaison gagnante.

Mais hélas pour les plus patients d'entre nous, un championnat n'est constitué que de 30 rencontres, la coupe d'Europe peut être terminée après 2 matches et la coupe de Belgique, un seul.
Le nombre d'essais possible est donc extrêmement limité.
Pour parvenir à trouver la formule gagnante dans des délais raisonnables, il est généralement fait appel à un spécialiste, un professionnel en la matière :  l'entraîneur.

Heureusement, il y en avait bien un hier au stade. Ne vous réjouissez pas trop vite, celui auquel je fais référence était hélas assis sur le banc des visiteurs.

Je serais tout de même heureux d'entendre quelques explications de notre auto-prétendu spécialiste.
Je ne parle pas, vous l'aurez compris, des interviews creuses et mielleuses qu'il nous sert sans relâche mais de réelles explications quant à ses choix, son système, pour peu qu'il y en ait un.
Si ça se trouve, on ne comprend rien à rien. Un peu comme les joueurs.

Un ami, il se reconnaîtra sans peine, me disait hier après la rencontre, que si VK travaille jusqu'à 23h chaque jour pour un tel résultat, il ferait bien mieux de rentrer chez lui dès 16h00 et de ne plus penser à rien. Cela ne pourrait pas être pire et peut-être, se rendrait-il enfin compte, dans un éclair de lucidité, des hérésies qu'il est occupé à perpétrer.

Comment diable un joueur aussi brillant, aussi clairvoyant peut-il ainsi passer à côté des fondamentaux ?

Réinventer le football chaque semaine et faire des trouvailles de génie, comme par exemple, affecter des postes en dépit de la formation des joueurs, tout le monde serait preneur…si seulement ça marchait !

Mais voilà, c'est misère sur misère Vince. Les faits sont incontestables.

Après avoir voulu faire des demi-défensifs avec des demi-offensifs (Zulj, Ashimeru), des backs avec des centraux (Sardella, Kayembé, Dewaele), des DC avec des backs ou médians (Cobbaut, Kana, Kayembé), des 9 avec des ailiers (Bundu, Amuzu, Mukairu, Vlap, Larssen), des ailiers avec des 10 (Yari et Anouar) et j'en passe, tu devrais tout doucettement arriver au constat que tu te plantes, systématiquement !

The Right Man At The Right Place At The Right Moment ne constitue-t-elle pas une règle simple qu'il serait utile de reconsidérer ?

Le rasoir d'Occam, clef de voûte de la résolution de problèmes, préconise que de toutes les possibilités, les plus simples doivent toujours être prioritairement envisagées.
Celles-ci ne sont pas systématiquement les bonnes, certes, mais ce sont les premières qu'il faut toujours commencer par essayer.
C'est seulement lorsque celles-ci échouent qu'on teste des hypothèses plus complexes.
Généralement, ce n'est pas nécessaire car la première étape suffit à produire une solution acceptable.
Nous sommes, vous en conviendrez, très loin du compte : pas de résultats, pas de manière, pas de bases dégagées sur lesquelles construire.

Ground Zero au Parc Astrid.

Aussi, ne serait-il pas plus conforme à cette logique, bien éprouvée,  de faire jouer Gomez au numéro 10 plutôt qu'au back gauche ?

En procédant selon ce principe, on se rendrait assez vite compte qu'Anderlecht a un noyau complètement déséquilibré avec une panoplie de joueurs susceptibles d'occuper les mêmes postes et des lacunes béantes à d'autres.

Prenons le poste de médian axial offensif : El Hadj, Verschaeren, Ashimeru, Refaelov, Vlap, Gomez auxquels VK ajoute encore étonnamment Colassin. 7 hommes pour 1 poste. On aura beau faire évoluer l'un ou l'autre sur un flanc ou au latéral, on sera à tous les coups dans le bricolage bancal !
L'hérésie la plus absolue a ainsi conduit à enrôler Gomez et Refaelov alors que ces postes sont bouchés pour au bout du compte, mettre l'un sur le banc et l'autre au back gauche. Est-ce vraiment sérieux ?

N'était-il pas plus simple d'acheter un back gauche en concurrence avec Bogdan ?

Si on transfère un Refaelov, en fin de carrière en lui offrant un contrat de 2 ans, il doit toujours être sur le terrain.
Dans le cas contraire, c'est qu'on n'en avait pas besoin ! Ce que je pense.

Prenons le poste de défenseur central : Hoedt, Delcroix, Lissens, Harwood-Bellis, Cobbaut, De Bast, Sardella auxquels on peut aussi ajouter Kana. 8 hommes pour 2 places.
Remarquons encore que sur cette brochette, le seul joueur des 8 qui n'appartienne pas à Anderlecht a reçu la priorité !
Je n'ai rien contre le garçon mais il est là pour un an et est loin d'être au-dessus des nôtres.
In Youth, We Trust ?
D'accord mais de quelle jeunesse parle-t-on exactement ?
Celle de Neerpede ou celle de City ?
Pour qui VK travaille-t-il au bout du compte ?

En ayant privilégié Nmecha à Colassin et Dimata l'an passé, le Sporting a non seulement rempli les coffres de City plutôt que les siens mais il a aussi détruit le peu qu'il avait encore, pour se retrouver, un an plus tard, aussi dépourvu qu'un ver de terre dans cette affaire.
C'est cela construire ?

Mais, d'entrée de jeu, on remet le couvert, en snobant tous les nôtres.
Le pauvre Marco Kana ne sait même plus quel joueur il est. Je me souviens pourtant qu'associé à Cobbaut, il avait donné satisfaction au poste de DC mais il a été plongé dans le doute au point d'avoir perdu toute la classe et la sérénité qui se dégageait du gamin.

A contrario, on pourrait parler du poste de back gauche pour lequel on recense Bogdan, qui ne semble pas faire partie des chouchous de VK et puis…c'est tout !
Donc, puisque ce serait trop facile,  on ne le sélectionne pas.
Pourtant, Mykha, à quelques très rares exceptions près, a toujours fait son match. Il n'a peut-être pas suffisamment progressé en Anglais…

Gomez, ce 10 axial aux qualités techniques fera donc bien l'affaire au back gauche.
Ce ne sont pourtant pas les essais, tous infructueux qui ont manqué : Dewaele, Kayembé, Gomez, El Hadj…
C'en est presqu'à croire que pour jouer au back gauche avec VK, il faut, précisément, ne pas être back gauche de formation.

N'est pas Castagne, Alaba ou Spinazola qui veut, Vincent !
Tu as sans doute trop longtemps côtoyé le plus haut niveau que pour faire preuve du réalisme nécessaire.
Vlap devrait finalement peut-être tenter sa chance, il a toutes les qualités requises vu qu'il n'y a jamais joué. 😉

Dans le même état de souffrance, évoquons encore, le poste d'ailier gauche.
Doku, parti. Bakkali, perdu. Larssen et Mukairu partis. Il nous reste à ce poste…personne.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Anderlecht n'a pas le moindre ailier gauche. Bel hommage à Robby.
Alors on bricole encore et toujours, Yari, El Hadj, Raman, Vlap…

Après Hubo, voici Le Sporting Brico. Situation idéale non loin du Westland Shopping Center.

Et on s'étonne de ne pas se créer d'occasions ou si peu.

Notez que le problème se pose aussi à droite. A part Ciske, qui est loin de faire l'unanimité, il n'y a personne mais on a tout de même réussi à le faire jouer centre-avant contre l'Ajax !
Magnifique ! C'est vrai qu'il a le physique d'un pivot et qu'il est connu pour être un renard des surfaces, un voleur de buts, un finisseur chirurgical.

La situation n'est pas plus brillante à l'arrière droit : si The Winner is Murillo, the Looser is Sardella.
Encore qu'hier...
Sardella est un défenseur central de formation mais à ce poste, d'autres jeunes lui sont nettement supérieurs.
Ce n'est pas un latéral droit non plus, le nombre des carences et autres bévues répétitives  affichées à ce poste auraient largement dû conduire à cette constatation.
La conclusion est évidente, ce garçon n'a vraisemblablement pas sa place dans l'équipe première du RSCA et certainement pas dans le 11 initial.

C'est bien d'avoir essayé et de lui avoir offert sa chance (ou plutôt 15). Vraiment bien. Mais peut-on nier les évidences indéfiniment ?
Sans doute, aurait-il tout intérêt à évoluer dans un club où il pourra respirer. Se refaire la cerise. A Zulte, à Courtrai, à Ostende, où que sais-je.

A Anderlecht, c'en est fini pour lui, je le crains.
Le public, l'a pris en grippe. Il cristallise toutes les frustrations  et sera sifflé dès la première mauvaise passe. Le gamin n'est pas (encore) équipé pour faire face à la pression.
Le meilleur service à lui rendre maintenant, c'est de lui offrir une porte de sortie, pour le protéger car il le mérite et cela doit le dévorer d'être ainsi livré en patûre.

Je ne parlerai pas du poste 9. Un silence, comme un néant, n'est-il pas la meilleure façon de l'illustrer ?
Je lis aujourd'hui que Mirallas est ciblé. J'espère que c'est une blague. Il est tellement fini qu'il était banquette à l'Antwerp. Encore un sacré gabarit.
On conclura quand même qu'à la lueur de ce qui est écrit plus haut, un 9, même bon, ne pourra solutionner les multiples problèmes évoqués.
 
Bien sûr, les moyens sont ce qu'ils sont et il faut bien faire avec.
Il n'empêche, qu'une approche footballistique rationnelle du noyau devrait pouvoir être réalisée.

On se rendrait peut être aussi compte que le Loto Park s'apparente à une sorte de triangle des Bermudes du footballeur tant des joueurs disparaissent ou y sombrent en perdant les qualités qui leur ont pourtant été attribuées : Dimata, Vlap, El Hadj, Kana, Cobbaut, Colassin, Verschaeren, Bundu, Mukairu, Lissens, Delcroix, Bogdan, Trebel, Saelemackers, Didillon,…

On se rendrait ainsi facilement compte qu'en l'état, ça ne peut pas fonctionner et que les déconvenues contre l'Ajax et l'Union ne sont que des conséquences logiques d'une gestion sportive calamiteuse. Des lendemains douloureux nous attendent.

Les priorités en matière de transferts seraient aussi beaucoup plus claires.
Et si on n'avait pas les moyens de faire venir plus fort que ce que l'on a sous le coude, on aligne alors un jeune formé à CE poste et advienne que pourra.

Que dire encore du cas Trebel dont on se plaint qu'il coûte une blinde mais qu'on préfère payer à ne pas jouer ? Elle est où la logique dans ce vaudeville ?

Hier, l'apathie , le mutisme du public pendant les 20 dernières minutes en disait long à propos de la résignation des fans.

On aurait tous, et moi le premier, voulu voir un VK triomphant et ramenant un peu de lustre à l'ombre de Saint-Guidon.

Mais il faudra bien se résoudre à conclure honnêtement ce billet. S'il faut du courage pour affronter ses ennemis, il en faut encore plus pour affronter ses amis ou ses idoles.
Vandenhaute a su le faire avec Franky. Ne s'est-il pas lourdement trompé de bonhomme ce jour maudit ?
Ceux qui le pensent sont chaque match plus nombreux.

Nous voilà rendus : The Right Man At The Right Place At The Right Moment

VK doit être tenu pour responsable de ce dramatique état des lieux, de même que la direction, coupable de lui avoir donné pareille carte blanche tout en lui offrant un contrat si indécent pour un club en difficulté financière, qu'il annihile toute possibilité de procéder à son remplacement.

Quand on scie la branche sur laquelle on est assis, on tombe, c'est bien connu.

Dans le meilleur des mondes, cela aurait pu marcher mais voilà,  ça ne marche pas. Preuves à l'appui.

Alors, c'est quand, qu'on fait quoi ?
 
COYM

Kargamel
 
PS :
Le foot est et doit rester dérisoire en regard d'éléments graves.
Toutes mes pensées vont aux familles qui ont souffert et souffrent encore des conséquences des inondations.
Courage à tous, après la pluie vient toujours le beau temps.
 





 

Source: © Source interne



anderlecht-online forum