Mini-Série : Les Revenants de Saint-Guidon - Episode 1 - Bakkali

MERCREDI, 16 SEPTEMBRE 2020, 14:23 - kargamel
Logo Anderlecht-Online

OPINIONS Zakaria Bakkali réussira-t-il son come-back ?
Zakaria Bakkali était titulaire contre le Cercle de Bruges. Une surprise de Kompany.
Mise en perspective.

A l’occasion du diptyque offert par les diables rouges lors de la récente trêve internationale, tous les regards des supporters mauves étaient logiquement penchés sur les prestations de Jeremy Doku et Yari Verschaeren et le moins que l’on puisse écrire, c’est que les 2 pépites n’ont pas déçu.
 
Ainsi, si la présence de Doku au coup d’envoi de la rencontre contre le Cercle de Bruges relevait presque de la certitude, de nombreux observateurs auraient misé leur chemise sur celle de Verschaeren à ses côtés. Mal leur en aurait pris car Il l’aurait perdue. Surprenant tout son monde, Vincent Kompany préférait Zakaria Bakkali en lieu et place du jeune diable.

Dire que ce coup de poker fut une véritable réussite serait trahir la vérité mais il eût le mérite d’exister.
Bakkali fut ainsi impliqué dans 3 offensives seulement. A titre de comparaison, sur le flanc opposé, Doku en a mené un peu moins d’une vingtaine. Cela dit, il serait injuste de comparer les statistiques d’un joueur de retour des oubliettes à un rookie en pleine ascension.
Pourtant, les débuts de Jeremy ressemblent à s’y méprendre à ceux de Zakaria : Brillants !

Flash-back sur l’itinéraire d’une étoile peut-être filante.

Le 30 juillet 2013, à l’âge de 17 ans, Bakkali disputait sa première rencontre en tant que joueur professionnel pour le compte du PSV Eindhoven dans le cadre du dernier tour préliminaire de la Champion’s League. Les pensionnaires du somptueux Stade Philipps y affrontaient pour l’occasion Zulte Waregem, dauphin en date du RSCA.
Bakkali s’y révéla littéralement intenable se jouant sans compassion aucune de la défense flandrienne. Un 2-0 bien tassé et sans discussion possible tant l’écart entre les 2 formations avait été patents. Bakkali avait brillé de mille feux laissant entrevoir des qualités présageant d’une grande carrière au plus haut niveau.
Une semaine plus tard, lors du match retour, il inscrivait son premier but d’une sublime volée croisée couronnant ainsi une nouvelle victoire sans appel sur le score de 0-3, non sans martyriser, une fois encore, l’arrière-garde des fusionnés.

On pouvait parler pour Bakkali de débuts de rêves. En une semaine, Bakkali était passé de l’anonymat à la médiatisation internationale.
Désormais sous l’oeil attentif des plus grandes écuries d’Europe, la saison à venir allait confirmer ces premières impressions. C’est ainsi que la même année, à moins de 18 ans, il réalisait en championnat un hattrick aux dépens de NEC. Dribbles, feintes, accélérations explosives, centres précis, tirs cadrés, tout le répertoire d’un joueur de flanc moderne de haut niveau y passait et l’efficacité était au rendez-vous. Il fut d’ailleurs récompensé par Wilmots avec une première sélection auprès des Diables Rouges. En l’honorant, Bakkali mettait aussi un point final à la grande question de jouer pour la Belgique ou le Maroc.
Tous les feux d’une grande carrière internationale étaient au vert.

Hélas, le conte de fées allait progressivement tourner en désillusion. Petit à Petit.
Ainsi, la saison suivante allait surtout être celle des négociations interminables entre le PSV et l’entourage de Bakkali en vue du renouvellement de son contrat. Confronté à l’impossibilité de dégager un accord, le PSV, agacé, renvoya Zakkaria dans le noyau B, ce qui sonna le glas de la collaboration entre les 2 parties.

Alors libre de tout transfert, Bakkali s’engagea en juillet 2015 avec le FC Valence, formation performante de Liga.
Dans la cité des orangers, il disputa quelques rencontres de bonne facture mais il restait éloigné du niveau qu’il avait affiché à ses débuts, ce qui lui vaudra  quelques passages sur le banc voire en tribune. Le temps de jeu octroyé s’était réduit comme une peau de chagrin.
En 2017, Valence le cédait alors en location à la Corogne. Là, la concurrence y serait moins rude et il aurait pu s'y refaire une santé. Mais son épopée en Galice se solda elle aussi par un échec. Gêné par quelques blessures au mollet et aux chevilles, il ne fut jamais en mesure de s’y imposer.
En dépit de débuts fracassants, sa carrière semblait s’enliser.

A la même époque, en Belgique, Marck Coucke s’offrait le Sporting d’Anderlecht et son premier mercato devait être retentissant et axé sur des joueurs disposant déjà d’une certaine renommée. Ainsi, Bakkali, Dimata , Santini, Didillon et…Sanneh rejoignirent les rangs des mauves.
Ainsi, le 3 juillet 2018, Bakkali signait un contrat de 4 ans en faveur du RSCA contre un chèque de 1,5 millions d’euros. Si le Belgo-Marocain retrouvait des couleurs, cela pourrait bien être le coup du siècle !
Aujourd’hui, Il entame sa troisième saison au Lotto Park.
Le bilan de ses 2 premières années est pour le moins mitigé.
Si sa première saison peut être qualifiée d’honorable (22 rencontres, 65 min de temps moyen de jeu, 3 buts , 2 assists), la deuxième fut pratiquement une saison blanche.
En raison d’opérations à la cheville puis au genou gauche, il n’effectuera sa première apparition qu’au cours de la 23me journée et la réception d’Eupen, rencontre au cours de laquelle il inscrira d’ailleurs un but. C’était en février 2020, la crise sanitaire allait bientôt sévir et mettre un terme prématuré à la saison de football.

Samedi dernier, conjointement au retour du public dans les stades, il retrouvait lui aussi le Lotto Park et une place de titulaire. Cela faisait 19 mois que ce n’était plus arrivé. Une éternité.
A la vue de son état physique, il ne fait aucun doute que Zakaria ou Ziko comme l’appelle Kompany, a dû travailler comme un forcené. Son corps est à l’évidence apparu complètement métamorphosé avec une sveltesse qu’on ne lui avait plus connu depuis ses débuts. Certes, l’explosivité, la percussion et les dribbles déroutants n’ont pas encore fait leur retour dans son jeu mais déjà, il doit être crédité du souci de mener avec sérieux ses tâches défensives. En outre, Il est aussi celui qui a mené l’infiltration qui a conduit au penalty commis sur Tau. Il a donc contribué significativement au déblocage de ce match fermé en agissant comme un ouvre boîte. Devant des défenses regroupées, nous savons tous, combien grande était notre impuissance l’an passé avec pour résultat une litanie de sinistres 0-0. Ziko a dès lors peut-être encore un grand rôle à jouer au RSCA.

A 24 ans, s’il est épargné par les blessures et qu’on lui laisse le temps de retrouver le rythme et son culot, il pourrait, tel un phénix renaître de ses cendres et enfin concrétiser le fabuleux potentiel qui l’avait révélé.
Rien n’est encore perdu mais le temps presse désormais.
A pleines capacités, Zakaria a indéniablement le style de la maison mauve.
Le Sporting, les supporters et Ziko ont vraiment tout à gagner à ce qu’il réussisse son come-back !

Kompany croit en lui. Quant à moi, je l'espère mais la concurrence sur les ailes est véritablement relevée.
Puisse-t-elle pousser nos ailiers à se sublîmer !
 
Qu'en pensez-vous ? N’hésitez pas à commenter et à livrer votre opinion.
 
 
 

Source: © Source interne



anderlecht-online forum