"Le football belge se dirige vers une catastrophe"

JEUDI, 25 NOVEMBRE 2021, 08:29 - La Panthère Mauve
Anderlecht-Online No Image Found

INTERVIEWS Lorsque Wouter Vandenhaute a constaté que les négociations avec les ministres Vincent Van Peteghem et Frank Vandenbroucke sur les nouvelles règles fiscales et la contribution à l'ONSS allaient toucher le football de plein fouet, il a réagi.

Maintenant que le projet de réforme fiscale est prêt et que celui concernant l'ONSS arrive, le président d'Anderlecht parle. Trop de choses se sont passées, trop de choses ont mal tourné. Résultat : de nouvelles règles fiscales qui menacent de faire chavirer le football, et surtout les clubs de haut niveau. "Je pense que les clubs de football doivent se faire concurrence pendant 90 minutes sur le terrain, mais en dehors de cela, nous devrions, en tant que secteur, examiner comment nous pouvons améliorer les choses", commente l'homme fort du RSCA. "Mais quand je suis entré dans le milieu du football, j'ai remarqué que la lutte se poursuit du matin au soir, que tout le monde est émotif et ne se préoccupe que de ses propres intérêts à court terme. Ce qui me manque, c'est une politique et une vision générales. Dans le sport, il est difficile de sortir en tant que secteur - je suis dans le cyclisme depuis plus de dix ans, mais dans le football, c'est vraiment extrême."

Pourquoi y a-t-il un tel manque de solidarité ?

"C'est lié à une vieille culture. Et en ce sens, ce qui se passe actuellement avec l'ONSS et le prélèvement à la source est une bonne chose : cela oblige le monde du football à réfléchir très sérieusement à ce que nous faisons et à ce que nous voulons faire. Il y a un mois, lorsque les plans des nouvelles règles fiscales sont sortis, j'ai immédiatement contacté Peter Croonen, le président du Racing Genk et de la Pro League. Nous nous dirigeons vers une catastrophe", lui ai-je dit. Si nous ne faisons pas attention, cela va devenir un drame.

Où la Pro League s'est-elle trompée ?

"La réforme fiscale était sur la table depuis des années. Mais le monde du football n'a pas réussi à être proactif sur ce sujet et à aller vers le gouvernement avec de bonnes propositions."

Monter un dossier avec Vincent Mannaert

"Ce qui m'a donné une énergie incroyable ces dernières semaines, c'est qu'Anderlecht et le Club de Bruges ont extrêmement bien travaillé ensemble sur les dossiers. J'aurais pu m'asseoir tranquillement sur la touche et dire au Club de Bruges : résolvez le problème maintenant. Il y a deux ans, notre masse salariale était encore beaucoup plus importante que la leur, mais entre-temps, ils nous ont sérieusement dépassés. Nous sommes peut-être concurrents sur le terrain, mais j'ai trouvé un allié en Vincent Mannaert. Il est de loin l'homme qui connaît le mieux ce dossier, mais cela m'a dérangé qu'il soit sur la touche tout comme moi - il n'est pas non plus directeur de la Pro League. Je lui ai donc demandé de monter ce dossier, en consultation avec Peter Croonen. Ça a marché."

La proposition initiale du ministre Van Peteghem était de limiter le dégrèvement fiscal par le biais du précompte professionnel à 4 millions d'euros par club. Dans la proposition qui est maintenant sur la table, ce montant a été porté à 12 millions d'euros - à répartir en deux fois 6 millions, pour la formation des jeunes et les infrastructures. Est-ce le résultat de vos négociations ?

"Je ne veux pas être trop technique dans cette histoire ni briser la discrétion des négociations"

Les nouvelles règles fiscales ont-elles également des conséquences sur l'augmentation de capital d'Anderlecht, à laquelle vous travaillez ?

"Nous avons mis un plan sur la table. Nous voulons investir 42 millions d'euros de capital frais dans le club, dont je contribue 24 millions avec Geert Duyck. Par coïncidence, j'étais assis à la table avec Geert mardi soir lorsque votre article sur le projet de loi de Van Peteghem est paru.  Geert et moi sommes des fans inconditionnels de football et nous avons un cœur mauve, mais dans un moment comme celui-ci, on se demande si on veut s'impliquer dans un monde du football qui est au bord de l'effondrement.

Le fait est que le ministre des finances a son projet de loi prêt, pour l'ensemble du secteur sportif. Vendredi, il sera au Conseil des ministres. A l'exception du MR, il a le soutien de la majorité et des Verts, et les nouvelles règles devraient - si le Parlement les approuve - s'appliquer à partir du 1er janvier. Et maintenant ?

"Le seul message que nous avons donné ces dernières semaines est le suivant : trouvons une solution pour l'instant et payons les 43 millions, mais laissez-nous le temps de nous réorganiser. Nous avons compris votre signal et l'année prochaine, avec un regard neuf, voyons si nous pouvons arriver à un arrangement global dans lequel nous prenons tout ensemble : et l'ONSS et le prélèvement à la source et le rôle social du football. Dans laquelle le ministre des sports est également activement impliqué, car il est aujourd'hui - en raison de la complexité de ce pays - complètement mis à l'écart. Que chacun abandonne ses dogmes. Pour que nous puissions donner au football un cadre social largement soutenu pour les dix ou quinze prochaines années, dans lequel il pourra se développer et s'épanouir."
 

Source: HLN



anderlecht-online forum