Les humeurs du Bomber. Les rois du nul!

SAMEDI, 5 DÉCEMBRE 2020, 12:52 - Bomber
Logo Anderlecht-Online

OPINIONS« Comme d’habitude, toute la soirée, on a joué comme des enfants » !
Voilà comment pourrait être parodiée la chanson rendue célèbre par Claude François en 1967 en l’adaptant à la réalité des Mauve et Blanc.
 

Pourtant, après avoir rédigé les trois premières lignes « à chaud », j’ai préféré laisser passer une nuit avant de poursuivre afin de pouvoir évacuer le trop plein de déception, de ras-le-bol et de colère.
Cela fait parfois du bien de se laisser aller en faisant abstraction des limites que l’on s’impose, mais il est généralement préférable de laisser la nuit nous porter conseil.
Et puis, en abandonnant le clavier, j’ai pu voir une partie de l’interview dans laquelle Vincent explique son fameux « process » !
Dès lors plutôt que de revenir sur la rencontre d’hier soir en terres flandriennes, je préfère vous livrer quelques réflexions plus générales.
Je préciserai simplement qu’il y a certainement eu un mieux en termes de combativité, de circulation du ballon et de création d’occasions, mais il y a toujours beaucoup trop de déchets et le RSCA est devenu incapable de tuer un match, avec les conséquences que nous connaissons tous.
Anderlecht est devenu le roi du match nul, un objectif permettant certainement d’assurer le maintien, mais pas de gagner un titre bi même de figurer dans le top 4 du championnat.

Etant donné que Vincent Kompany est un garçon intelligent, son discours est cohérent et je serais enclin à y adhérer si nous étions encore en juin 2019, mais cela devient de plus en plus difficile au fil des performances presque toujours décevantes et de l’évolution du club.
En plus de sa personne, Kompany nous avait offert Nasri et Chadli, deux cracks qui allaient guider les jeunes et casser la barraque. Nasri fut un flop abyssal et si Chadli a constitué un réel apport durant quelques semaines, il fut lui aussi rattrapé par ses blessures à répétition.
Il allait faire confiance aux jeunes et en faire des joueurs qui allaient redonner au Sporting ses lettres de noblesse. Kana, Sardella, Ait El Hadj, Colassin,… ne jouent plus, Amuzu et Verschaeren stagnent et Doku, le seul à avoir passé un pallier, est parti pour Rennes où il se fait démonter par les supporters.
Pour le moment, seul Delcroix tire relativement bien son épingle du jeu.

Pour ce qui est des « renforts », il s’agit pour la plupart d’éléments disposant d’une technique plus que rudimentaire. Je ne vois pas en Miazga le nouveau Morton Olsen. Cullen fera-t-il oublier le talent de Ludo Coeck ? Quant à Bundu, je ne vais pas obliger Robby Rensenbrink à se retourner dans sa tombe en osant une comparaison indécente, mais des garçons comme Legear, Chatelle, Jovanovic ou Suarez doivent se demander comment un tel élément a pu être enrôlé au Sporting.
Pourtant, j’adore l’engagement de Miazga, la combativité de Cullen et la bonne volonté de Bundu, mais ce n’est pas avec des joueurs de ce niveau qu’Anderlecht retrouvera son lustre comme le promet Kompany.

Bien sûr, Vince a raison lorsqu’il explique qu’il veut voir autre chose que balancer des ballons loin devant, qu’il faut construire le jeu, que des garçons ambitieux doivent travailler leur technique, mais comme il le dit lui-même, lorsqu’il est arrivé en équipe première, il y avait deux ou trois jeunes encadrés par les anciens. De nos jours, c’est le contraire ! Ses mentors avaient pour nom Tihinen, Zetterberg, Baseggio, Wilhemson, Jestrovic,… Lequel des trop rares joueurs expérimentés actuels peut-il être comparé à ceux-ci ?
Enfin, comme beaucoup d’amis et connaissances, je suis persuadé qu’avec Franky Vecauteren à la tête de l’équipe, Anderlecht serait premier au classement et certainement dans le top 4.
pourquoi avoir sacrifié ce fidèle serviteur du club ? Pourquoi lui avoir joué ce tour de cochon ?
Je n’ai pas la réponse, mais il ne faut qu’un seul roi dans un royaume.

Je sais que certains vont m’allumer parce que j’ai fait allusion au passé glorieux du club.
Il ne s’agit, en l’occurrence, que d’une courte référence à quelques joueurs emblématiques du RSCA et j’assume pleinement le fait que je suis nostalgique des époques où les joueurs pouvaient me faire rêver. La présence des Suarez, Jovanovic, Mbokani, Biglia ou Boussoufa ne remonte pas à la nuit des temps et les Praet, Tielemans ou Hanni ont quitté le club respectivement en 2016, 2017 et 2018.
Pour l’énoncer en terme choisi, cela fait longtemps que je ne m’amuse plus en voyant jouer le Sporting. Exprimer plus crûment, cela signifie que je m’em… royalement au vu du spectacle offert !
 

Source: © Source interne



anderlecht-online forum