Les humeurs du Bomber. Mais où s'arrêteront-ils?

SAMEDI, 9 FÉVRIER 2019, 22:02 - Bomber
Logo Anderlecht-Online

OPINIONS

Ce n’est pas une humeur, pas même un coup gueule, mais une immense colère que je partage avec vous ce soir.



Je sais que vous êtes nombreux à avoir été surpris de ne pas trouver d’humeurs du Bomber suite aux événements du match de dimanche dernier au Standard.
Pourtant, une heure et demie seulement après le coup de sifflet final, mon article était prêt à être publié. J’y évoquais l’attitude des Standardmen, l’apport des transferts du mercato et je concluais en soulignant la qualité de l’arbitrage de monsieur Visser.

En réalité, c’est un incident technique aussi inattendu que saugrenu qui m’a empêché de mettre mon article en ligne.
J’eus néanmoins l’opportunité de partager mes impressions via les réseaux sociaux, mais je sais que beaucoup d’entre vous ne sont pas des adeptes de ce mode de communication.
J’en étais arrivé à imaginer un mauvais sort lancé par les Barakis, mais c’est plutôt l’informatique qui fut la cause du problème.

Les « barakis », le terme est lâché et je l’assume pleinement.
Il y a quelques années, des amis et des collègues supporters du Standard m’avaient vivement reproché certaines attaques virulentes à l’encontre de leur club.
J‘adore être provocateur … pour rire, pour le « fun » ! Pas pour susciter la colère et attiser la haine. J’avais donc décidé de me « calmer », ce qui me valut des remarques de plusieurs lecteurs qui estimaient que j’étais devenu trop consensuel et trop gentil. Ils regrettaient des humeurs plus tranchantes, plus ironiques, plus caustiques, plus mordantes.
J’éprouvais néanmoins une certaine retenue de peur de blesser mes amis supporters du Standard qui qui ne se comporteront jamais de manière incorrecte et qui n’ont rien à voir avec ces analphabètes monochromosomiques, mais cette fois, c’en est trop.
Les incidents qui se sont déroulés aujourd’hui à Buizingen constituent la goutte d’eau qui fait déborder un vase, que dis-je, une amphore archi pleine.

Des abrutis des stades, il y en partout : à Bruges, à Gand, à Genk et ... au Sporting, mais au Standard, c'est une marque de fabrique, cela fait partie de l’ADN du club.
Le pourcentage de déchets humains y est nettement plus élevé que dans tous les autres clubs réunis.
Attaquer avec violence des supporters qui faisaient une fête à … 125 kilomètres de Liège, mais on est où là ? Au far West ? En Tchétchénie ? Au Venezuela ? En Syrie ? Au Nigéria ?
Non, en Belgique, en B E L G I Q U E !!!
Va-t-on encore longtemps laisser faire ces êtres qui ne méritent plus d’être qualifiés d’humains ?

Il est déjà tellement pénible de supporter tout ce qui se hurle dans un stade.
Comme me le faisaient remarquer des amis il y a quelques jours, il n’est pas admissible de traiter le gardien adverse d’enc… à chaque dégagement.
Sur ce point, certains de nos supporters ne sont pas en reste et je le déplore, mais ils demeurent des enfants de cœur par rapport à la plèbe des bords de Meuse.
Comme l’a fort bien expliqué Oli Deschacht, jamais un joueur du Sporting ne se comporterait comme l’a fait Luyindama, au grand jamais. C’est une question d’éducation et de respect.
Mais il serait trop facile de faire porter le chapeau uniquement au grand Congolais. Les images prises au moment où il s’en prend à Anderlecht montre des joueurs du Standard qui rient. Aucun ne semble se désolidariser des propos tenus par l'ex-Standardman.

Et puis, il y a Preud’homme qui ne sera pas suspendu, car « l’émotion fait partie du foot ».
C’est doublement honteux. Primo parce que c’est laisser la voie libre à des attitudes totalement inacceptables (ou alors, ce sera encore une fois deux poids, deux mesures) et secundo parce qu’à l’inverse d’un Luzon ou d’un Sa Pinto, Preud’homme est tout à fait capable de se contrôler. Il est suffisamment intelligent pour cela et il l’a prouvé aux Pays-Bas.

Alors, oui, une fois encore, il y a des abrutis dans tous les clubs, mais au Standard, c’est de la cave au grenier, de certains joueurs à des membres de la direction et traiter ces « êtres » de Barakis est faire injure aux Barakis.



Source: © Source interne



anderlecht-online forum